Lettre à l’adolescente que j’étais

Ma très chère Claire,

 

ça fait un moment que je désire t’écrire. J’aimerais tant te réconforter et de rassurer sur ton avenir. Je sais que tu en besoin. Comme je ne peux pas te prendre dans mes bras et te soutenir, je vais te dévoiler un pan de ton futur et je sais que cela va t’aider.

Claire, je connais ta peine. Je sais ta tristesse. Je perçois ta détresse. Ce que tu vis est d’une violence sans nom. Perdre sa mère pendant l’adolescence est une épreuve dans ta vie d’enfant mais aussi pour ta vie de femme. Mais ce sera aussi une force. Tu connais désormais le prix de la vie. Tu apprécies à sa juste valeur l’instant présent. Très peu de jeunes de ton âge ont cette faculté.

Je souhaiterais poursuivre cette lettre par une affirmation : tu n’y es pour rien. Je te le répète car je sais que tu es têtue et que tu portes beaucoup de culpabilité en toi : tu n’y es pour rien dans ce drame. Je te l’assure. Les pensées n’ont pas de pouvoir sur la réalité. La maladie l’a.

Par la suite, sache que le désespoir qui aujourd’hui te recouvre va peu à peu s’évanouir. Je comprends que tu ne puisses pas le percevoir, mais fait moi confiance : ton avenir sera radieux, lumineux, heureux. Oui ! C’est possible. C’est même une certitude : le meilleur est à venir.

Fait moi confiance. Ou plutôt fait toi confiance. Les choix que tu vas faire, les décisions que tu seras amenés à prendre seront les bons. Ton raisonnement est juste. D’ailleurs je t’admire tant pour cette propension que tu as de choisir ta voie non pas en fonction des bénéfices immédiats que tu pourrais en tirer mais bien avec une vision à moyen voir long terme. Tes sacrifices paieront. Juré.

Pour tes amours aussi, je te rassure : tu finiras par rencontrer un homme charmant. Il sera à la fois un époux surprenant et un père épatant. Tu en rêves hein ? Il va arriver. D’ici là, n’hésite pas à vivre, faire tes expériences et tes erreurs. Elles te permettront de t’affirmer, de te connaitre et d’exiger le meilleur pour toi. Ca sert à ça les aventures. c’est ça la vie.

Je peux même te dévoiler une chose incroyable : tu seras maman de 3 enfants. 2 filles 1 garçon. Dingue hein. Je sais que tu ne peux pas comprendre mais  tes enfants seront ta force et ton énergie. Ils t’apporteront un équilibre que tu ne soupçonnes pas.

Après, je ne te cache pas que le chemin pour parvenir à cette vie faste ne sera pas facile. Mais ça fait partie de ta vie. Les épreuves forgent ton destin. Je t’assure. Ne baisse pas les bras. Ne désespère pas.

Et ne t’inquiète pas. Les gens que tu laisses derrière toi, tu les retrouveras. Plus tard. Tu seras alors fière de leur montrer ta réussite. Ils en profiteront aussi.  Tu rayonneras.

Les jours noirs, les soirs de déprime, imagine toi comme une chenille. Après  une période grise, de solitude et d’abattement, tu déploieras tes ailes et tu voleras.

D’ici là patience. Chaque jour te rapproche de ta vie rêvée. Je sais que tu le sais.

Sur ces derniers mots je te dis ‘à bientôt’ car d’ici 17 ans on se retrouvera. Un soir d’avril. Installé confortablement sur la canapé.

 

01981

Claire, qui t’invite toi aussi à écrire une lettre à toi, l’adolescente que tu étais

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Lettre à l’adolescente que j’étais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s