730 jours

Chère Miss Néphélie,

 

En ce 29 juillet 2014, tu m’obliges à me poser pour jeter un regard par dessus mon épaule.

 

Je me rappelle la première fois où j’ai posé les yeux sur toi. Il y a tout juste 2 ans, 730 jours pour être exacte.

Je me rappelle de tout  : l’ambiance, la musique, la lumière, ton odeur, ton visage .

Quelle surprise pour nous de découvrir une petite fille aux traits si différents de ceux de sa grande sœur. Des yeux en amandes. Des pommettes hautes. Une face ronde.

Tu étais si belle. Si parfaite.

Tu es encore si belle et si parfaite.

Toujours ces yeux en amandes. Bleus. Malicieux. Tantôt rieur tantôt boudeur.

Toujours ces pommettes hautes. Charnues. Rebondies.

Toujours ce visage rond. Doux. Aux traits si fins.

Tu n’es pas un ersatz de ton aînée. Tu es toi. Unique. Et tu nous l’a démontré dès ton premier jour.

 

Ton arrivée dans notre famille a fait de toi ‘la 2ème fille’. Une petite sœur.

Fatalement, tu as fait de Mlle Olympe une grande sœur. Tu l’aides à grandir, s’épanouir et prendre de l’assurance. Le regard plein d’admiration et de défi que tu lui portes y est pour beaucoup.

 

Depuis peu, tu es à ton tour grande sœur. Si tôt.

Tu m’épates par ta capacité à intégrer ce petit garçon qui a pris si vite ta place de petite dernière.

Tu te révèles une grande sœur attentionnée et protectrice. Tu as l’intelligence de ne pas lui en vouloir.

 

Tu n’as pas le choix de t’autonomiser et tu me surprends à progresser avec entrain et plaisir. La langue au coin de la bouche. Malgré les difficultés et les échecs tu recommences et t’obstines. Inlassablement. Et quand enfin, tu parviens à tes fins, tu arrives fièrement vers moi avec ton tonitruant « VOILA !!!!! ». Fierté dans tes yeux. Fierté dans mon cœur.

 

Avec toi, je me découvre  « mère câline ». Ton besoin viscéral de contact/câlin/ peau à peau m’apprends ce qu’est la tendresse mère/fille.

Sache que même si je râle en accédant à tes demandes ( je n’ai pas le choix de toute façon ), même si je grogne de devoir lâcher tout ce que je fais pour toi, j’apprécie infiniment ces moments de pauses qui nous permettent toutes les deux de recharger notre jauge d’amour avant de repartir dans notre vie.

 

Quand je note qu’avec toi, je n’ai pas toujours le choix de ne pas accéder à tes demandes, ce n’est pas une tournure de phrase, c’est tout à fait la réalité. C’est ta façon de t’affirmer. De prendre ta place. D’attirer l’attention. D’être toi.

Tu es pour moi la parfaite incarnation de l’adage « main de fer dans un gant de velours ». En contradiction avec ton visage d’ange, ta force d’opposition, de persuasion et/ou de chaintitude me semble infinie.  J’ai parfois du mal à te comprendre, comprendre tes demandes ou tes désirs, mais je tente du mieux que je peux d’y répondre et ce de la façon la plus juste. Ce n’est pas simple. Régulièrement, tu me fais toucher du doigts mes limites. Toi seule est capable de me remettre en question de la sorte, de bouleverser mes points de vue, mes principes, mes automatismes. Ainsi, tu m’obliges à être plus créative et à ne pas me reposer sur mes lauriers. Tu m’obliges à me questionner, tester des manières de faire différentes. Bref, même si parfois cela se fait dans la douleur, tu m’obliges à être meilleure. Une meilleure mère mais aussi une meilleure femme, plus douce, tolérante et légère.

 

Et comment ne pas parler de ta malice. Jamais une enfant ne m’a autant fait rire de ses bêtises. Pas facile de tenir sa posture éducative parentale en se confrontant à tes yeux coquins, narquois, taquin. Déstabilisant mais si touchant. Arme fatale pour arriver à tes fins. Toujours.

 

En 2 ans, 730 jours pour être précis, chère Miss Néphélie, nous avons appris à nous connaitre et nous aimer. Nous ne nous comprenons pas toujours et cela risque de perdurer, mais je sais que nous parviendrons toujours à surmonter nos incompréhensions grâce à l’amour et l’humour qui nous lie.

 

Bon anniversaire ma belle Miss Néphélie.

2 ans. Comment ai je fait pour vivre 30 ans sans toi ?

Je t’aime d’un amour infini

 

Claire, maman imparfaite mais aimante d’une étoile si brillante et si parfaite.

 

DSCN2450

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s