Goûter philosophique

L’heure du goûter est un moment très précieuse.  C est un temps du partage, d’échange et de rigolade entre adultes et enfants, autour de bonnes choses sucrées à déguster.

Franchement, ça ne m’étonnerait pas que l’éden (ou le paradis ou autre endroit de plaisir et de joie intense hors de notre monde terrestre) soit un goûter géant et perpétuel où sont réunis toutes les personnes que l’on aime.

Les adultes ne se battent jamais avec les enfants à l’heure du goûter ! Pas de négociation autour de 3 pauvres légumes à faire manger ni de viande à couper, recouper et rerecouper pour que le chérubin taquin concède à la fourrer dans son gosier.

Le goûter est donc un rassemblement joyeux. Une ambiance de détente propice au bonheur.

Mais dernièrement, ce moment de sérénité a été rompu quand Mlle Olympe s’est autorisée à poser une question.  Une interrogation anodine pour certains. Une gifle pour moi.

***- Pourquoi je n’ai pas de mamie MOI ? ***

Ces quelques mots me font l’effet d’une claque puissante que je me prends en pleine en pleine face sans y avoir été préparée.  Je me retrouve abasourdie, assommée, à vif.

Comment t’expliquer mon enfant que tu n’as pas de mamie car la vie est injuste. Que tu n’aura jamais le plaisir de rencontrer celle que j’appelais « maman ».

Comment trouver les mots justes pour te dire les choses telles qu’elles sont, sans t’effrayer.

Comment ?

Je ne sais pas quoi  répondre alors, lâchement, je renvoie à la question, une question.

*** – A ton avis ? ***

Mlle Olympe est tenace. Elle ne se laisse pas démonter et répond promptement :

*** – Parce qu’elle est au ciel. ça je sais ! MAIS pourquoi elle est au ciel ? ***

Joli uppercut que tu me balances Mlle Olympe !

Comment te parler du cancer ? Comment t’apprendre que ton corps, celui que l’on cajole, celui que l’on t’incite à prendre soin en manger bien ou en te lavant correctement, peut à un moment donné se retourner contre toi ?

Comment ?

Je tente la stratégie de riposter avec une réponse courte et concise qui est censée mettre fin à la discussion.

*** – Elle était malade. ***

Mais ce stratagème ne fonctionne pas. Ma réplique ne satisfait toujours pas Mlle Olympe, avide de compréhension et de réflexion juste.

*** – Bah pourquoi elle n’a pas été chez le docteur pour avoir des médicaments ? ***

Argument très juste Mlle Olympe !

Comment t’annoncer que les médecins sont faillibles ! Que les médicaments ne sont pas tout puissants.

Comment te dire ça alors que tu vas chez le médecin confiante en attendant qu’il te délivre THE médicament qui va te guérir. Ce sirop sucré qui t’empêchera de gratter tes boutons de varicelles, qui arrêtera  ton nez de couler ou qui fera taire cette douleur lancinante dans ton oreille.

Comment ?

Bon, Mlle Olympe, je vais jouer carte sur table avec toi. Je sais que quoi je fasse pour tenter d’interrompre ton questionnement, tu ne céderas pas tant que tu n’auras pas LA réponse  juste. Je prends conscience que tu es prête à entendre les choses. Alors que moi, de mon côté je ne m’étais pas préparée à te livrer une partie de cette plaie que je porte dans mon cœur.

*** – Tu sais, Mlle Olympe, ma maman avait une maladie grave que les médecins n’ont pas réussi à guérir. Ils ont essayé. Elle s’est battue Mais parfois ce n’est pas suffisant. Parfois c’est la maladie qui gage. La vie est ainsi. On  n’y peut rien. ***

La fillette prend la mesure de chaque mot. Digère les paroles.

J’appréhende la suite.

Clairement, je ne suis plus en mesure de lui livrer plus.

Comme un boxeur K.O, je ne peux plus lutter. Je suis clouée à  terre. J’ai mal. Ma vision est trouble.

C’est à ce moment précis que Mlle Olympe, avec toute la candeur, l’amour et l’ingéniosité qu’elle a en elle, déclare fièrement :

*** – et bien moi, je ferais un médicament qui guérira tout et puis, ma mamie, je la verrais un jour, quand je serais au ciel aussi. ***

Aussi vivement que la première question lui était venue, Mlle Olympe passe à autre chose et retourne à son goûter.

Elle trempe avidement son petit gâteau dans son bol de lait tiède. Elle porte la pâtisserie imbibée à sa bouche. Des gouttes coulent le long de ses lèvres, tracent un sillon sur son menton et finissent leurs courses dans son cou. Miss Népéhlie remarque la bouille peinturlurée de sa sœur et éclate d’un rire sonore et puissant. L’instant d’après, Mlle Olympe se gondole de rire en tentant de s’essuyer malhabilement avec le sopalin.

Je les regarde un sourire aux lèvres mais le cœur lourd.

Mlle Olympe est passée à autre chose. Pas moi.

Cette discussion résonne encore dans ma tête. L’émotion est encore intacte. Les larmes ne sont pas loin.

Malgré cet émoi, je ne peux pas m’empêcher de me dire que Mlle Olympe est décidément une petite fille extraordinaire. Que d’une manière générale, les enfants ont une avidité de savoir inépuisable et qu’il convient de leur apporter des réponses justes car ils sont dotés d’une force incroyable pour intégrer nos réponses, aussi douloureuses soient elle.

Mlle Olympe est une enfant fabuleuse qui, je l’espère, passera d’agréables moments avec sa mamie autour d’un goûter délicieux, sur un nuage, dans un ciel…

911fe2ac74c6fabb1cdd7df03229eb73

Publicités

Une réflexion sur “Goûter philosophique

  1. Bien résumé ce moment d’émotion :
    l’enfant pose une question, souhaite une vraie réponse (à son niveau,qui est… déjà pas mal 😉 ) et passe à autre chose parce qu’il sait que la réponse existe
    L’adulte, reste bloqué dans ses émotions, se crée son « film », regrette, est en colère, aimerait…
    Pouvons-nous retrouver ces ambiances goûter, avec cet esprit neuf de l’enfant ?
    Je crois que oui
    mais c’est dur pour nous adultes !

    PS : (tu as marqué « parfois c’est la maladie qui gage », c’est sûr qu’il y a des maladies qui mettent la vie en gage, jusqu’à gagner parfois rapidement et d’autres fois bcp moins rapidement

    chaleureusement

    Frédéric

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s